Le Centre Européen de Valorisation de la Pomme de Terre se précise.

Le projet de Centre Européen de Valorisation de la Pomme de Terre à Plœuc-L’Hermitage se dessine. Après un séjour d’étude la semaine passée, un comité de pilotage s’est réuni lundi. Une étude de préfiguration pour préciser le projet est lancée. 

Étude de préfiguration en cours. 

« L’idée a germé il y a seulement un an mais beaucoup de choses ont déjà été faites » a rappelé en introduction Margot Visdeloup, chargée de projet :  comme la cartographie de ce qui existe déjà (musées, conservatoires …), la mise en place d’un Comité de pilotage, des échanges avec les acteurs de la filière, des rencontres au salon de l’agriculture, la recherche des premiers financements, … En ce mois de juin, une étude de préfiguration va être lancée « L’objectif est de préciser le projet et les objectifs, de stabiliser les fondamentaux et les valeurs, de réfléchir au portage juridique, aux financements … » a expliqué Émilie Blanckaert, consultante, qui va réaliser ce travail. L’étude d’un montant de 38 000 € sera cofinancée à 50% par la Banque des Territoires dans le cadre du dispositif « Petites Villes de Demain » dont Plœuc-L’Hermitage est lauréate. 

La réalité d’une filière. 

Comme l’a rappelé Éric Fallou, producteur dans l’Eure et Président de la Fédération nationale des producteurs de plants de pommes de terre (FN3PT) « il faudra présenter la réalité de la filière et de l’agriculture d’aujourd’hui et pas seulement l’histoire et les traditions ». Orientation partagée par Thibaut Guignard, le Maire « Nous ne souhaitons pas faire un musée de la pomme de terre mais un lieu qui valorise le tubercule sous toutes ses formes et qui présente les modes de productions actuels et la réalité d’une filière économique importante en France et en Europe ». 

Que pourrait-on y trouver ?

« Le projet se précise et nous pourrions y trouver le conservatoire des variétés de pommes de terre, un parcours ludique autour du tubercule et de sa production, une galerie d’art, une cuisine pédagogique, un parcours extérieur … » expliquent Carole Hicquel et Pascal Allo, co-présidents de La Belle du Lié. Prochaine étape : La Pomme de Terre en Fête en septembre 2022. « Nous espérons pouvoir lancer officiellement le projet à cette occasion »

Dans quel lieu ?

Au cœur de la réflexion pour un tel équipement se trouve, évidement, la question du lieu. « Si pour connaître les besoins il faut d’abord préciser le concept, la question du lieu ne doit pas être retardée car nous savons que les questions foncières et immobilières sont des sujets au long court » a précisé le Maire, Thibaut Guignard. Le centre pourrait voir le jour dans un lieu provisoire en attendant la construction d’un bâtiment dédié.  

Une semaine d’étude. 

La semaine dernière, une délégation du Comité de pilotage s’est rendue dans différents lieux de valorisation de produits locaux : Maison du Comté à Poligny, Maison du Charolais à Charolles, Université des Senteurs et des Saveurs à Forcalquier. L’objectif de ces visites était de s’inspirer du contenu mais aussi des modes de fonctionnement, structures juridiques, modèles économiques, … « Des retours d’expériences passionnants pour s’inspirer des réussites mais aussi connaître les difficultés rencontrées et les points de vigilance » commente Thibaut Guignard.   

Photo : Pascal Allo et Catherine Bréhault de La Belle du Lié, Robert Gernaud, photographe, Thibaut Guignard, Maire et Margot Visdeloup, chargée de projet ont visité la semaine dernière plusieurs lieux de valorisation de produits locaux en France. Ici avec Jacques Bardouin, créateur de l’Université Européenne des Senteurs et des Saveurs à Forcalquier (Alpes de Haute Provence). 

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.