Deux familles ukrainiennes sont arrivées samedi à Plœuc-l’Hermitage. 

Mercredi 16 mars, Thibaut Guignard, Maire et Frédéric Houée, élu en charge des affaires européennes ont pris la route vers le sud de la Pologne. Après 4400 km parcourus, ils sont revenus ce samedi accompagnés de six réfugiés : Alina, Victoria et leurs enfants.

Un contact sur place. 

Dans les années 2010, Ploeuc-sur-Lié a coopéré avec la commune de Radymno au sud-est de la Pologne, à la frontière avec l’Ukraine. « Si les actions de coopération ont cessé, des amitiés ont perduré et nous avons pris contact avec Maria Bara, francophone, que nous connaissons bien pour organiser la livraison et la prise en charge de réfugiés. Maria a ensuite fait le lien avec le centre de réfugiés et nous a accueilli une nuit » explique le Maire. Les deux élus sont donc partis en minibus pour livrer une tonne de produits pour enfants et leurs mamans. 

Des dons pour l’Ukraine. 

Les dons étaient issus de la générosité des habitants, des agriculteurs du canton, de la mairie, des écoles, des collèges et du Carrefour Market de Plœuc-l’Hermitage. Thibaut Guignard et Frédéric Houée ont parcouru 2200 km pour les livrer au centre logistique de Korczowa, un des huit points de passages entre la Pologne et l’Ukraine. Les dons de Plœuc-l’Hermitage prendront ensuite la route de l’Ukraine vers les zones de combat. « L’urgent aujourd’hui sont les aliments à longue conservation et les produits de première nécessité pour femmes et enfants » rappelle Frédéric Houée. « La chaîne logistique est, en effet, saturée de vêtements. Nous avons pu le constater sur place ». 

Une prise en charge sur-mesure.

« Pour la prise en charge des réfugiés, il faut faire du sur-mesure » déclare Thibaut Guignard. « En effet, plus les réfugiés s’éloignent de la frontière sans accompagnement, plus ils risquent de rencontrer des trafiquants d’enfants ou des proxénètes. C’est la réalité de la guerre et la police polonaise surveille les centres d’accueil. Il faut donc prendre en charge femmes et enfants au plus proche pour les sécuriser ».

Accueillir ceux qui n’ont pas d’endroit où aller. 

« Le gouvernement polonais, il faut le dire, fait le nécessaire pour la prise en charge : accueil, aide urgence, transport gratuit, répartition dans les villes du pays. Les ONG et les bénévoles font un travail remarquable. Nous l’avons vu à Korczowa avec l’accueil de mamans et de leurs enfants, parfois très jeunes » explique le Maire. « Mais certains n’ont pas d’amis ou de famille en Pologne. Il faut donc les orienter vers d’autres destinations de l’Union européenne ». Ainsi, l’ensemble des pays européens prend sa part dans l’accueil des millions de réfugiés ukrainiens déjà partis ou qui vont partir. 

Deux mamans et leurs enfants accueillis. 

Victoria, Alina sont collègues de travail et amies. Avec leurs enfants Yvan (9 ans), Vladislaw (14 ans), Kostya (13 ans) et Egor (10 ans), elles ont quitté Cherkasy à 200 km au sud de Kiev sous les bombardements. Leurs époux sont restés combattre. Les deux familles seront prises en charge par le CCAS qui sait pouvoir compter sur la solidarité des habitants. « Nous ferons le point en début de semaine sur leurs besoins et n’hésiterons pas à faire un appel à la population » précisent Marie-Claire Thérin et Donatienne Le Rigoleur, Maire-Adjointes qui préparent concrètement leur accueil. 

Sur la photo : Au moment du départ, sourires de soulagement pour Alina, Victoria et leurs enfants volontaires pour parcourir les 2200 km qui les séparent de Plœuc-l’Hermitage. 

Accueil à Plœuc-l’Hermitage après la traversée de l’Europe

Livraison des dons de Plœuc-l’Hermitage au centre logistique de Korczowa

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.