Au Conseil Départemental, Tous les articles.

Ploeuc-l’Hermitage, Côte des Halles : qu’est-ce qu’un « Stade VTT » ?

Au moment du dévoilement de la plaque « stade VTT »

La semaine dernière, la Côte des Halles a été labellisé « Stade VTT » par la Fédération Française de Cyclisme (FFC). Une première nationale. Explications. 

20 ans de VTT. 

Le site pensé par l’ancien Maire, Henri Bozec, était destiné au départ aux sports équestres et au parapente. Au début des années 2000, la famille Bresset a créé l’école VTT du Lié. « Depuis, des dizaines de bénévoles se sont succédés pour aménager le site jusqu’à en faire un lieu de référence national » tient a souligner le Maire, Thibaut Guignard.  

De nouveaux équipements. 

Si le site est d’abord un site naturel, de nombreux aménagements ont été réalisés par le club et la Mairie : obstacles pour le trial, pump-track, col des Fougères, circuit « Breizh London » pensé par la championne olympique Julie Bresset. 

Un label pour quoi faire ?

La pratique du VTT a considérablement évolué depuis ses débuts. Le Cross-country se déroule désormais sur des parcours avec de nombreuses difficultés techniques. Les sentiers naturels, utilisés au début, ne répondent plus aux attentes du haut-niveau. « A travers le concept de « Stade VTT », la FFC accompagne l’évolution de la discipline dans une logique de soutien au haut-niveau tout en permettant aux pratiquants réguliers de trouver de nouveaux sites en phase avec leurs attentes » explique Eric Jacoté, Vice-président de la FFC.

Quelles exigences ?

Avant de labeliser un stade VTT, la FFC analyse la pratique fédérale locale (club, école de cyclisme), la présence de moniteurs diplômés, la politique touristique en lien avec le VTT, la gestion et l’animation du site, son entretien, et surtout la réflexion sur la vie du site avec les acteurs concernés (collectivités, club, fédération, établissements, etc…). « Le parcours de cross-country doit répondre à des aménagements spécifiques : sentiers naturels et techniques, différents niveaux de difficultés,… » complète Loic Bresset, Président du VTT du Lié. 

Des projets en perspective. 

La commune de Plœuc-L’Hermitage a d’ores et déjà candidaté pour recevoir une coupe du monde. « L’Agglomération travaille à une stratégie de développement des sports natures et réfléchis à la création d’un centre d’accueil permanent pour les équipes à l’entraînement sur le site de la Côte des Halles » précise Ronan Kerdraon, 1er Vice-président ».  

En attendant, du 11 au 18 août, y seront organisés le Trophée de France des Jeunes Vététistes et la Finale de la Coupe de France, rassemblement inédit de toutes les générations du VTT.

Réunion publique de mi-mandat à Plémy

Jeudi soir, les citoyens du canton de Plaintel étaient conviés à la réunion publique organisée à Plémy. Les Conseillers départementaux Delphine Martin et Thibaut Guignard ont pu présenter, à mi-mandat, le bilan de leur action au Conseil départemental et dans le canton de Plaintel. Sylvie Guignard, Vice-présidente en charge de la cohésion sociale, et Romain Boutron, Vice-président en charge des finances, sont également intervenus au cours de cette réunion. Tout au long de leur présentation, les Conseillers départementaux ont souligné que l’investissement et les solidarités constituaient le cœur de leur action dans le canton et dans le Département.

Budgets et finances du Département

Romain Boutron et Delphine Martin

Lors de sa présentation dédiée aux finances publiques du Département, Romain Boutron à présenté un bilan financier à mi-mandat, occasion de rappeler les grands principes qui gouvernent les finances publiques du territoire : maintien de l’investissement, notamment dans les solidarités territoriales, et l’absence d’augmentation d’impôt.

Les ressources humaines de la collectivité

Thibaut Guignard et Delphine Martin

La réforme des ressources humaines est la première réforme initiée par l’exécutif du Conseil départemental. La collectivité, un employeur exigeant et bienveillant.

– Depuis la mise en œuvre de cette réforme, la collectivité compte désormais 3400 agents qui exercent plus de 100 métiers différents.

– Le temps de travail réglementaire effectué par les agents est de 1607 heures/an, soit 35h effectives par semaine.

– S’agissant du déroulement de carrière, l’ancienneté n’est plus le seul critère déterminant de l’avancement. Les compétences et la manière de servir constituent deux nouveaux critères.

– Maintien des Maisons du Département au nom de la proximité avec les usagers du service public.

Une réforme sociale ambitieuse

La réforme que nous portons accorde une place essentielle aux personnes âgées et aux personnes en situation de handicap dans les dispositifs et les budgets de solidarité. Il s’agit également de responsabiliser les acteurs et les bénéficiaires des solidarités.

« Pour qu’une solidarité soit juste, elle doit être exempte de toute dérive. »

A ce titre, le Département mène une politique forte en faveur de l’insertion sociale. C’est pourquoi, le Conseil départemental a crée des partenariats avec Pôle Emploi, et a signé une convention avec les caisses d’allocation familiale prévoyant une cellule de lutte contre la fraude.

Thibaut Guignard, Sylvie Guignard et Delphine Martin

« Oui au Soutien mais non à l’assistanat ».

Les enjeux liés au vieillissement sont majeurs dans les Côtes d’Armor, département au sein duquel vit un nombre de personnes âgées supérieur à la moyenne nationale. Les besoins exprimés sont de plus en plus importants.

La Vice-présidente en charge de la cohésion sociale a ainsi lancé la restructuration du secteur du maintien à domicile dans les Côtes d’Armor hier en difficulté. Pour cela, nous avons encouragé le regroupement des structures par mutualisation, l’obligation de continuité du service et la baisse du coût facturé à l’usager et son homogénéisation au niveau départemental. Ainsi cette restructuration a amélioré la qualité de service.

Le Département a également amélioré les délais d’instruction des dossiers relatifs au versement de l’APA.

Le plan d’investissement pour le logement prévoit le développement de l’habitat adapté à nos aînés, c’est-à-dire à proximité des centres-bourgs, des services et des commerces. Le plan financera également la création de logements à loyer modéré en partenariat avec les bailleurs sociaux.

L’investissement au cœur des projets de territoire

Thibaut Guignard et Delphine Martin

 « Dans cette nouvelle génération de contrat de territoire, la péréquation est plus forte en faveur des territoires les plus modestes. »

Les contrats départementaux de territoire ont permis de financer 645 projets dans les Côtes d’Armor, dont 20 projets dans le canton de Plaintel, au service du développement des territoires. Il s’agit d’un outil simple et très apprécié des maires et présidents de Communauté de Communes.

Les Conseillers départementaux ont également souligné la grande qualité du tissu associatif et l’investissement des bénévoles, notamment dans le canton de Plaintel. En effet, le Conseil départemental soutient 600 associations, et 460 000 euros sont versés aux associations du canton de Plaintel.

Les Conseillers départementaux ont enfin rappelé l’engagement d’Europ’Armor sur le territoire, vitrine de l’Europe dans les Côtes d’Armor.

Réunion publique à mi-mandat

Élus à plus de 56 % des suffrages en mars 2015, Delphine Martin et Thibaut Guignard, Conseillers départementaux du canton de Plaintel, organisent une première réunion publique de bilan. Sylvie Guignard, Vice-présidente en charge des solidarités, et Romain Boutron, Vice-président en charge des finances, interviendront également.

L’investissement au cœur de leurs engagements en faveur du territoire et de ses habitants

Conformément à leurs engagements pris lors de la campagne électorale, Thibaut Guignard et Delphine Martin souhaitent rendre compte de leur action au Conseil départemental et dans le canton de Plaintel auprès des habitants du canton. L’investissement est au cœur de leur action publique et politique dans le canton, notamment en lien avec le service public, l’aménagement des centres-bourgs, la vie associative et culturelle en milieu rural.

A l’échelle du Département, les contrats départementaux de territoire seront dotés de 60 millions d’euros en 5 ans, soit une augmentation de 20 % par rapport au précédent mandat. Couvert par le contrat départemental de territoire de Saint-Brieuc Armor Agglomération et celui de Lamballe Terre et Mer, le canton de Plaintel bénéficiera de 2 400 000€. A titre d’exemple, à Ploeuc-L’Hermitage, les contrats départementaux de territoire permettent de financer la création d’un atelier relais sur la Zone du Lié à hauteur de 200 000€, ainsi qu’ une maison des associations et des initiatives locales à hauteur de 383 534€. A Moncontour, 166 001€ ont été versés pour la création d’un site de proximité de services au public, 165 000€ pour un Bureau d’information touristique, ou encore 33 631€ pour la réfection du Centre d’Action culturelle. A Hénon, l’aménagement du centre-bourg est financé à hauteur de 99 995€, la construction d’infrastructures à la maison de l’enfance à hauteur de 83 864€, et 38 008€ sont destinés à la réhabilitation du petit théâtre.

Les solidarités soutenus à l’investissement

Les solidarités font également l’objet d’un soutien important à l’investissement. Les personnes âgées et les personnes en situation de handicap en sont les premières bénéficiaires. A Moncontour, un nouveau bâtiment de 46 places est en préparation pour accueillir dans les meilleures conditions nos aînés en situation de handicap, avec un soutien de 1 million d’€ du Département. L’ EHPAD de Ploeuc-L’Hermitage s’est vu attribuer une enveloppe de 250 000€ destinée à accueillir les personnes âgées en situation de handicap dans le cadre du plan d’investissement initié par le Conseil départemental.

Le Conseil départemental, à travers sa politique familiale, la prise en charge du handicap et l’accompagnement des personnes âgées, est présent à chaque étape de la vie des Costarmoricains. Le Département consacre la moitié de son budget aux solidarités. Complémentaire de la réforme sociale, un grand plan d’investissement de 25 millions d’€ euros consacré au logement des personnes âgées et des personnes en situation de handicap est déployé par le Conseil départemental .

Les conseillers départementaux proposeront également un bilan de leur action en faveur des mobilités, ou encore de la vie associative, sportive et culturelle animée par ses bénévoles, grand atout des ruralités.

Réunion publique de Delphine Martin et Thibaut Guignard. Mercredi 5 décembre à 20h à la salle Kheops à Plémy.

Voie ferrée Saint-Brieuc / Loudéac : une mobilisation le 8 décembre pour son entretien

Fermée à la circulation depuis février 2017, la voie de chemin de fer Saint-Brieuc / Loudéac n’est plus entretenue par SNCF Réseau en l’absence de trafic commercial.

Une première mobilisation à Ploeuc-L’Hermitage

Le Conseil départemental, Saint-Brieuc Armor Agglomération et Loudéac Communauté Centre Bretagne ont initié une étude portant sur le devenir de la ligne et son éventuelle exploitation. Deux hypothèses sont étudiées à ce jour  : le retour des trains touristiques et la réalisation d’une voie verte.

Le dimanche 28 octobre, les élus Thibaut Guignard et Romain Boutron aux côtés de l’Association des Chemins de Fer du Centre-Bretagne, ont organisé un rassemblement d’une centaine de personnes au passage à niveau du Paly, en L’Hermitage-Lorge. Les élus ont notamment évoqué le caractère urgent d’entretenir la voie ferrée, entretien dont le coût et la complexité augmentent à mesure que la nature reprend ses droits.

Les élus costarmoricains se mobilisent

Quelques jours après cette première mobilisation, le vendredi 9 novembre, vingt élus des Côtes-d’Armor ont demandé à la SNCF de bien vouloir procéder à l’entretien à titre conservatoire de la ligne en vue de sauvegarder la possibilité d’une exploitation future de ce patrimoine commun. Une exploitation touristique dans un premier temps, qui n’exige pas le même niveau de maintenance que celui requis par une exploitation commerciale, répondrait à cette demande.

Les élus ont rappelé que, depuis 2006, « la voie de chemin de fer n’accueille plus de transport de voyageurs. Pendant douze ans, elle a été entretenue par la SNCF et a permis le transport de fret à la demande d’entreprises jusqu’en 2012, mais aussi la circulation de trains touristiques, notamment ceux de l’association des Chemins de fer du Centre Bretagne. »

Montrant leur attachement à cette voie ferrée et leur souhait de lui assurer un avenir, les élus engagés pour la sauvegarde de ce patrimoine invitent les costarmoricains samedi 8 décembre pour l’entretien symbolique du premier kilomètre. L’Association des Chemins de Fer du Centre-Bretagne se joindra à ce rassemblement.

Pourquoi cette mobilisation en faveur du territoire pour l’entretien de la voie ferrée en Centre-Bretagne ?

  • La circulation des trains touristiques contribuerait au développement économique du Centre-Bretagne par le soutien à la filière du tourisme local.
  • C’est également un enjeu de mobilité territoriale et de service public pour les Costarmoricains, en conservant le potentiel d’une ligne pour le transport de voyageurs et de marchandises.
  • Le défaut d’entretien de la ligne serait préjudiciable aux intérêts de la collectivité et du territoire qui ont investi hier pour la création et le fonctionnement de cet équipement aujourd’hui délaissé par SNCF Réseau.
  • Le fer participe à l’aménagement du territoire et sera un axe fort de la transition écologique dont on parle tant …

Le rendez-vous est fixé le samedi 8 décembre à 20h00 dans le centre de Ploufragan près du cimetière pour l’entretien symbolique du 1er kilomètre. 

Erasmus+ School

Échanges très intéressants ce matin au Conseil départemental avec les instituteurs de l’école primaire Sainte-Anne de Quessoy et leurs correspondants européens de Finlande, Irlande du Nord et Espagne dans le cadre d’un échange Erasmus+ School.

Nous avons notamment échangé sur la difficulté pour les écoles primaires de s’intégrer dans les programmes de coopérations scolaires. En effet, il n’existe pas, en France et contrairement aux autres Pays européens, de dispositif de remplacement des enseignants pendant leur mobilité à l’étranger. Actuellement, la seule solution est de faire appel à des volontaires ou d’anciens instituteurs en retraite, ce qui freine par conséquent les initiatives de coopération européenne

J’aurai l’occasion d’alerter le Ministre de l’Éducation sur ce point de blocage.